photographes

Guillaume Janot

Né en 1966, Guillaume Janot s’affronte vaillamment à cette quête de l’image générique, originelle, porteuse ou non de référents symboliques et historiques, bien conscient de cette presque impossibilité, parce que chaque image délivre à sa surface ces signes qui la contextualisent dans son époque, son esthétique et son histoire. Car dans son cas on comprend que cette approche spécifique à vocation style documentaire, est à ses yeux consubstantielle à celle de la notion d’auteur; là où la vision subjective s’allie à la conscience politique dans une incarnation à la fois poétique et analytique. Une grande majorité d’artistes contemporains craignent cette incarnation de l’art dans l’histoire, se réfugiant dans des formes abstraites, sèches et vides qui ne renvoient qu’à leurs représentations propres, uniquement supportées par un discours conceptuel.

Guillaume Janot échappe à ce piège, continuant son périple dans les codes de l’image, qu’il croise au gré de ses voyages. Il ne s’arrête jamais uniquement à des thématiques d’ordre directement sociologiques ou historiciennes. C’est une double lecture permanente, parfois cette fausse innocence des photographies, de prime abord, qui le fascine; mais est-elle encore possible, encore plus pour lui surtout qui n’est pas dupe des signifiés de ses images?


Et quand il constitue ultérieurement son éditing, il compose tel un musicien son oeuvre artefact, élaborant et réinventant les articulations déjà présentes, spontanément au moment de la prise de vue, recroisant ses préoccupations antérieures intuitives. Ainsi chacune de ses photographies délivrent- elles son secret qui renvoie à d’autres secrets et à d’autres photographies que le voyageur extérieur interprétera différemment selon sa vision propre.

Guillaume Janot

Né en 1966

Expositions:

“les 55 jours de Pékin ou l’art du confinement” – Le Bleu du Ciel – 02.10.2020 au 28.11.2020