photographes

Sylvie Bonnot

Le travail de Sylvie Bonnot se délie et s’étire au gré des instants prélevés de Moscou à Vladivostok, avec cette sensation inqualifiable de traverser ce paysage à l’échelle surdimensionnée, plutôt que de le laisser défiler autour d’elle, calmant ainsi ses visions entre le bleu des cieux, les eaux gelées du lac et des rivières aux reflets turquoises, l’ocre des paysages et les visages du train, dans cette ligne paisible de partage à l’horizon, qui nous entraîne dans ses émotions voyageuses. L’essentiel y défile donc au gré de sa lente respiration, car Sylvie Bonnot voulait à l’origine du projet ralentir son périple en franchissant la Sibérie avant d’atteindre Tokyo, sa destination finale, pour se donner le temps de la méditation visuelle, avec ce remplissage de carnets de dessins, de notes de voyage, et de l’édification future de ce Baïkal intérieur, qu’elle conclurait de retour au pays natal. Mais si le ressenti extérieur est bien de l’ordre du méditatif, le sien rejoint au contraire selon ses termes « ce sentiment d’urgence face à cette immensité qui, à peine perçue, passe derrière nous ».

Ceci expliquant sa volonté de capter des fragments de ces si grands espaces avec un matériel des plus humbles, en sachant se faire discrète dans ses déambulations dans les wagons, afin de trouver sa place dans ce quotidien traversant. Sur le sol de son atelier retrouvé quelques
mois plus tard, Sylvie Bonnot réalisera ses sculptures, concrétions échappées et revisitées par l’imaginaire du fleuve Amour, frontière immanquable au fin fond des plaines d’Asie centrale. Elle déformera donc ses images, réanimera ses carnets, fruits de l’incubation des neuf-mille-deux-cents kilomètres franchis, les prendra à bras-le-corps, manipulant et malaxant la gélatine photosensible chauffée et surchauffée pour leur redonner vie : une autre forme plastique sur un papier distendu dans l’espace, comme dans les miroirs déformants où se reflètent les corps alanguis de Kertész. Miction trempée dans le révélateur et les bains libérateurs, reconstituée avec sa main, comme le sculpteur aux prises avec la glaise, Sylvie Bonnot a su donner forme et vie à son voyage mental, le restituant dans son espace personnel d’exposition, du sol aux murs, des portes au plafond, au contact des étoffes de soie ou des grandes toiles.

Sylvie Bonnot est photographe plasticienne. Elle développe de nouveaux protocoles d’altération de la matière photographique, telle la « mue ». Son travail fait régulièrement l’objet d’expositions personnelles telles : Contre-Courants, Musée de Mâcon, 2016-2017 & Musée de La Roche- sur-Yon, 2018, Le Baikal intérieur, Le Bleu du Ciel, 2018, Derrière la Retenue, Fondation Facim & EDF Hydro Alpes, 2018 -2023. En 2019, son travail a figuré dans l’exposition Mobile/Immobile (Archives Nationales, Paris). Elle a publié Contre-Courants (Nouvelles Éditions Place, Paris, 2016), Derrière la retenue (co-édition Facim/Actes Sud, Arles, 2017), et Sylvie Bonnot 5.1 (The Merchant House, Amsterdam, 2017).

Sylvie Bonnot

Née en 1982

Expositions:

“Dans les plaines d’Asie centrale” – Le Bleu du Ciel – 14.09.2018 au 10.11.2018