-

Centre
de
photographie
contemporaine

© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel
© le bleu du ciel


“Mondialisation mon amour”




Exposition 15 novembre 2012 - 29 décembre 2012
Journée presse 14 novembre 2012 - 16h00
Vernissage 15 novembre - à partir de 18h30


Edith Roux



“Les Dépossédés”


2010

La série Les Dépossédés a été réalisée au Xinjiang, province autonome au nord-ouest de la République populaire de Chine. Le Xinjiang est peuplé de la minorité ethnique ouighoure qui est turcophone et musulmane. A la frontière de l’Asie centrale, les images réalisées à Kashgar, ancien carrefour de la route de la soie, témoignent du processus de sinisation de l’espace engagé par les chinois dans cette région. Les ouïghours voient leur espace géographique et social se réduire et s’inquiètent de ces transformations urbaines.
Projet réalisé grâce à une bourse de soutien à la création du Cnap


Jan Stradtmann



“Garden of Eden”


2009

Au début de la crise financière en Septembre et Octobre 2008, Stradtmann se rend régulièrement à Canary Wharf, fasciné par l'atmosphère des quartiers financiers londoniens. Il y découvre un petit parc entre les tours où les banquiers se rendent pour déjeuner. En les observant , porteurs avec eux cette pression écrasante du bureau jusqu'au  havre de verdure, Stradtmann pense être le témoin d'une sorte de violation. Pour lui, le parc est devenu une étape d'une reconstitution subversive de la chute de l'Homme : leur souffrance, désespoir, et pertes induits par le pouvoir et la cupidité ont fui dans le Jarden d'Eden. Leur stress les rend solitaire. Dans le parc, ils se cachent, chuchotent et se détournent de ceux qui cherchent la consolation. 
Ces photographies reconnaissent l'invisible, un phénomène inexplicable derrière les jeux financiers dont personne ne peut vraiment comprendre le rôle, mais dont tout le monde connait l'influence omniprésente. La combinaison des portraits et des vues du parc souligne le mystère dans son acceptation religieuse : dans ces photographies, le refuge naturel reconstruit la symbolique du Jardin d'Eden,  à la fois comme un espace d'innocence paradisiaque mais aussi comme le site de l'origine du péché et des actes répréhensibles de l'humanité.
texte de Elizabeth Upper


Téléchargez le dossier de presse de l'exposition (.pdf)


Presse


Le Progrès (.jpg)
Le petit bulletin (.jpg)
Le journal de la Photographie (.jpg)
Direct Matin (.jpg)