Notice: Undefined index: randombg in /public_html/ndxz-studio/lib/parse.php on line 71

Notice: Undefined index: randombg in /public_html/ndxz-studio/lib/parse.php on line 71
le Bleu du ciel — Centre de photographie contemporaine

-

Centre
de
photographie
contemporaine









“André Gamet”
“Karim Kal”




Souvenirs d'en France



Exposition 13 Février 2014 - 29 mars 2014


Vernissage jeudi 13 Février 2014 - à partir de 18h30 en présence du Sénateur Maire de Lyon


La photographie est « une » et solitaire depuis sa découverte au début du dix neuvième siècle, et si elle s’est vite rapprochée des arts dits plastiques, pour faire depuis quelques décennies son entrée dans les musées et galeries, elle n’en a pas moins dés le début fondé sa spécificité, sur cette invention, produit des chimistes et non des intellectuels ou des artistes. Sa nécessité relevant de la même évolution que celle, simultanée de la certification de « l’Histoire ».


Montrer André Gamet et Karim Kal de concert, que sépare soixante cinq années entre deux siècles, s’inscrit dans cette conception de la continuité de ce matériau d’expression, qui a l’unique privilège -avec le cinématographe- d’être le médium visuel de ce réel, qui unit science et art.


Le temps s’écoulant, un instant arrêté comme illusion de réalité, engendre ensuite des souvenirs nourris d’imaginaire humain. Et l’actualité de Karim Kal sur les territoires urbains fait sa jonction naturelle et monochrome avec le monde disparu d’André Gamet, sur ce papier d’argent, symphonie a-temporelle… d’en France.

André Gamet



Formé par le peintre lyonnais de renom Pierre Combet-Descombes dans les années 1920, André Gamet découvre rapidement la photographie avec laquelle il devient l’un des chroniqueurs de son temps. Il y a plusieurs façons de considérer la production d’un photographe. On ne rendra toutefois jamais compte de tous ses aspects - le temps de la formation, celui des accidents de l’histoire et de l’intuition à en capter les moments symboliques, l’activité professionnelle enfin ou bien encore la richesse des reportages publiés. En un mot, le temps file au travers des images. À moins de prendre le parti d’une traversée en liberté dans ces décennies de photographies, et garder ce qui traduit en chacune d’elle une sensibilité.


Le choix proposé aujourd’hui par¬mi les milliers d’images d’André Gamet n’est pas guidé par un souci professionnel comme il l’a si bien connu à l’agence Rapho au milieu des grands photographes de sa génération. Il s’agit désormais d’un regard qui voit au-delà des usages et où les enjeux esthétiques dominent : retenir la singularité d’une vision sur une époque, un sens de la composition, une attention aux autres, bref ce qui transforme un ensemble a priori hétéroclite en un regard posé sur le monde.


Pour beaucoup et notamment le jeune public qui s’ouvre à la photo¬graphie, celle d’André Gamet est une découverte. Pourtant, au travers de ses images un monde familier se dévoile : celui de l’avant-guerre puis des années 1950-60 apparaît au travers de scènes, de personnages et de voyages qui font échos au cinéma, à la littérature et bien sur à la photographie de l’époque. André Gamet est de son temps, il en épouse l’atmosphère, il sait décrire avec justesse des silhouettes, des say¬nètes, des situations qui font désormais partie de notre mémoire collective. Mais ce qui forme la singularité de son travail est précisément sa longévité : Les photographie d’André Gamet accompagnent le changement d’une époque, le basculement d’une France d’un monde que l’on pourrait qualifier de «pré-moderne» (entendons un monde d’avant la société de consommation) dans un monde rationnalisé, avec son urbanisme, ses codes, ses lumières. C’est là le privilège d’un regard qui sait saisir l’évolution du monde, mais en l’intégrant dans son propre vocabulaire de formes.


C’est ainsi que l’oeuvre ici présentée d’André Gamet nous aide à com¬prendre l’évolution que la société a connue en un demi siècle. Le temps, par exemple, au travers des moyens de locomotion : des chevaux et des charrettes aux vélos puis aux automobiles et autobus, des chemins aux rues et aux embouteillages des centres villes, on parcourt au sens propre du terme une petite histoire de l’espace. De la même manière avec l’habitat : des hameaux et des masures aux grand ensembles, Gamet trace une ligne de fuite qui relie deux générations, celle d’une France encore rurale de l’Avant-guerre et celle de la Reconstruction puis des Trente glorieuses. C’est un album de famille que nous livre aujourd’hui André Gamet.


Faire oeuvre en photographie documentaire signifie assembler sur plu¬sieurs décennies des témoignages qui, reliés entre eux, tiennent par la force d’une sensibilité où se repèrent des choix de formes, des jeux avec l’espace, un goût pour certaines situations, un univers à partir du réel dont on fait l’expérience. André Gamet, aujourd’hui, doit être heureux de constater à par¬tir de cet ensemble, qu’il a su au long de toutes ces années tenir le cap d’une photographie en accord avec son temps.


Michel Poivert



Karim Kal



Karim Kal jeune artiste de la région cultive le projet de couvrir les paysages urbains contemporains bien que souvent issus du boom industriel des années soixante et s’applique scrupuleusement à recenser des documents sur cet environnement territorial. Il décrit les banlieues et grands ensembles des cités traversés de limites et de barrières architecturales pour en montrer la déshumanisation, mettant à jour des stratégies politiques de concentration et relégation de populations défavorisées.


"Ce travail est une sélection de photographies d’un projet en cours, l’Arrière-pays, entamé en 2011. Initié en banlieue Parisienne, à l’occasion d’une résidence, le projet s’est poursuivi depuis dans la région lyonnaise. Il s’est d’abord constitué de vues d’architecture de logements sociaux, puis de détails et de paysages. Les photographies noir et blanc traitent de qualité de vie, de normalisation, de rapport à l’autorité, de paroles individuelles au sein du tout collectif. En cité, dans une prison et plus récemment dans un hôpital, ce travail propose une forme de poésie de la relégation".



Karim Kal

@ Karim Kal  

@ Karim Kal  

@ Karim Kal  

@ André Gamet  

@ André Gamet  

@ André Gamet  

@ André Gamet